Quels sont les risques liés au transport de colis de déchets ? (réponse ASN)

Les transports de matières radioactives sont soumis aux dispositions de la classe 7 de l'ADR (Accord européen relatif au transport international des marchandises dangereuses par route) et du RTMD (Règlement français pour le Transport des Matières Dangereuses). Ils s'effectuent dans des conditions telles qu'il n'y ait pas d'impact sur le public. Les dangers potentiels résultent essentiellement des accidents de la route impliquant un transport de matières radioactives. Les colis sont conçus pour résister à une chute de 9 m sur une surface indéformable, un test de perforation d'un mètre sur une pointe acérée, un feu à 800°C pendant au moins 30 mn, et une immersion sous 15 m d'eau pendant 8 h minimum.

Un PPS-TMR (plan de secours spécialisé pour les accidents de transport de matières radioactives, annexe du plan ORSEC) est élaboré dans chaque département pour définir l'organisation des secours publics dans de telles circonstances accidentelles. Ces plans font l'objet d'exercices à l'initiative des préfets.

Est-il prévu de favoriser le transport par rail ? (Réponse ANDRA)

Oui.

D'ores et déjà les structures administratives et territoriales concernées étudient, en fonction des différentes hypothèses d'installations de surface de l'Andra, les possibilités d'utilisation et d'extension des voies ferrées existantes, tant du côté meusien que haut-marnais.

Quel serait le nombre de transport de colis par semaine ? (Réponse ANDRA)

L'état actuel des études conduit à une estimation comprise entre 10 et 25 emballages de transport livrés chaque semaine en régime d'exploitation nominal. Ces transports pourront être regroupés par convois, particulièrement dans le cas d'un acheminement par rail (un wagon porte en général un emballage). Pour la fourchette haute de 25 emballages par semaine, on estime aujourd'hui qu'environ 50 % des transports seraient réalisés selon la classification "IP2" correspondant à un "transport normal", non exceptionnel. Une montée progressive des transports jusqu'au régime nominal est envisagée, pendant la première décennie d'exploitation du centre. Le travail de consolidation des flux de transport se poursuit en lien avec les producteurs des déchets, pour chacun des sites d'entreposage de déchets HA et MAVL (La Hague, Marcoule, Cadarache, Bugey).

A titre d'information, les livraisons de déchets aux Centres de stockage de l'Aube sont en moyenne de 30 camions par semaine pour le Centre FMA et 50 pour le Centre TFA, avec une dizaine de transports exceptionnels par an.