Comment serait assurée la surveillance du site après fermeture ? (Réponse ANDRA)
Après fermeture, la conception du stockage doit assurer une sûreté passive. Aussi, une surveillance après la fermeture n'aura pas pour vocation d'assurer la sûreté du centre, mais uniquement de répondre à une demande de prolonger le suivi de l'évolution du stockage dans le temps. Des études prospectives sont ainsi menées sur les possibilités de prolonger la surveillance au-delà de cette fermeture, en étudiant des systèmes qui ne perturberaient pas le stockage et la couche d'argilites du Callovo-Oxfordien. Plusieurs pistes sont ouvertes : techniques non intrusives en surface (géophysique...), mesures dans des forages instrumentés réalisés depuis la surface jusqu'au toit du Callovo-Oxfordien, mesures au sein même des ouvrages de stockage avec transmission des données sans fil à travers les terrains depuis le fond jusqu'à la surface. Il est à noter que les systèmes de surveillance après fermeture seraient mis en oeuvre avant cette fermeture pour permettre, dans une première phase, d'effectuer des corrélations avec les données obtenues par les moyens de surveillance en exploitation.

Pour mémoire, des précisions sur les recherches et essais menés sur la transmission sans fil ont été données à la commission Réversibilité le 7 avril 2010.